Claude Régy: Lumière impalpable

Manuscrit refermé l’année dernière, dans le courant du mois de décembre de 2019, après qu’il apparaissait que le texte appelait davantage de clarté. Ce qui aurait été facile par une fiction, mais fausse. Or, c’est tout le contraire que je cherche, l’inconnu de moi. Dans une attente active depuis, et rien ne vient. Dans l’incréé. La seule chose apprise de l’écriture, avoir confiance.

Je lis (relis) de Claude Régy: « Ce manque de patience qui fait qu’on veut d’abord aller vers du connu, on veut déjà reconnaître du connu et se bouger dans du connu.

Le fait d’attendre sans rien faire (cela concerne aussi la passivité), sans cette attente on ne découvrirait pas ce qui est hors-d’attente. C’est tout ce qu’on ne peut pas attendre, tout ce qu’on ne peut pas prévoir. Ça dépasse complètement ce qui a trait à nos connaissances.

Il n’y pas de chemin pour l’atteindre et qu’il n’y a pas de voie pour passer. Pourtant si on attend que les choses se manifestent, se fassent par elles-mêmes, alors peut-être qu’on peut passer où il n’y a pas de passage et qu’on peut atteindre cette chose inatteignable. »

Et il rajoute quelque part: « Veiller à ne pas compromettre toute occasion d’accéder à l’inattendu. »

Pendant ce temps où rien ne vient, je retourne dans l’écriture d’un autre texte, celui des entretiens depuis un an et demi avec Mai et son histoire de guerre du Vietnam, pays quitté en boat people en 1975, et qui est encore là, dans sa gorge, dans sa poitrine, à vif. Jamais je n’ai entendu ailleurs une telle parole, aussi sincère, aussi profonde, qui creuse autant la relation avec son histoire.

À la MC2 de Grenoble, c’était en 2005, Claude Régy, Comme un Chant de David, avec Valérie Dreville sur une traduction de Henri Meschonnic

Carnet d’écriture inactuel et aussi actuel (car jamais réellement formalisé) sur l’imagination en écrivant:

À partir de ma réalité, l’imagination

La prolonge

Au-delà des mots, au-delà de la connaissance

À partir des occurrences dans la vie (ou des hasards), avant et durant l’écriture

À partir des sens, les organes des sens

Le texte, ce passage fragile entre le réel et l’imaginaire, est un organisme vivant

À La ménagerie de verre c’était en 2011, Laurent Cazanave dans Brume de Dieu d’après Tarjei Vesaas

Quelques lectures/relectures stimulantes, Écrits de Claude Régy aux éditions Les Solitaires Intempestifs:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s