Longtemps après la minute bleue

Carnet d’écriture actuelle : De retour depuis une semaine dans la maison familiale qui est au centre de l’écriture des deux années écoulées, et en l’absence dorénavant des parents, je ne ne perçois pas leur présence physique, je ne la sens pas, ne la pense pas. Un nouvel espace s’ouvre, majeur. « Et à l’aurore, armés d’une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes. » (Une Saison en Enfer. Merci Nâzim Boudjenah)

Les oiseaux à 9 heures, longtemps après « la minute bleue » donc:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s