Le théâtre de Marina Tsvétaïéva

Carnet d’écriture actuel après lecture du très poétique théâtre de Marina Tsvétaïéva :

Qui à Montréal se souvient avoir vu sa pièce La fin de Casanova et peut en témoigner ? C’était à l’espace Go en septembre 2006 (et au centre national des arts d’Ottawa en novembre 2006). Mise en scène Dénis Marleau, avec Éliane Préfontaine, Pierre Lebeau et Gaëtan Nadeau. André Markowicz, le traducteur qui publie ce texte dans sa magnifique maison d’Editions Mesures, avait assisté à une des représentations. Lui qui en a connaît un bout en matière de théâtre, écrit : « La mise en scène de Denis Marleau, avec la collaboration de Stéphanie Jasmin, reste un des grands moments de souvenirs de ma vie de théâtre. Tout était là, je crois bien. La tension, et l’angoisse, et l’impossible rencontre entre la plus profonde vieillesse et la toute première adolescence. »De quoi m’interpeller après l’écriture à partir de cet autre que j’étais à seize ans, et regretter aussi de n’être arrivé à Montréal qu’en 2009.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s