Mémoire et enfance — Aharon Appelfeld (1)

L’écriture me conduit chaque fois vers des univers porteurs et stimulants. Ils s’ouvrent en temps voulu. À celui celui des poètes russes d’André Markowicz s’est ajouté celui d’Aharon Appelfeld à mesure qu’une certaine enfance s’imposait à moi, que je cherchais à éclairer. 

Dans un entretien à l’occasion de la sortie du Garçon qui voulait dormir (éditions de l’Olivier, trad. Valérie Zenatti) il disait: « J’écris l’histoire de ma vie, une vie longue, à travers mon enfance. L’enfance — la part d’éternité en chacun de nous — qui s’est passée en Europe me remplit jusqu’à ce jour.

La mémoire, c’est quelque chose de progressif et chaque année, année après année cette mémoire a un autre visage. 

Un artiste sans  l’enfant qui est en lui ne peut pas être un artiste sérieux. Sans l’enfant qui est en lui, on devient quelqu’un de rationnel, cynique, à deux faces. Il n’y a pas cette naïveté qu’il y a chez l’enfant. Sans cette capacité à être étonné, on commence à être quelqu’un qui explique, qui commente. »

(Couverture du livre: je me reconnais pendant une des nombreuses micro-siestes entre deux périodes d’écriture)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s